Publié le 08-07-2022

Final intense sur la Super Planche des Belles Filles

La première arrivée au sommet de ce Tour de France a donné lieu à un final très disputé sur la Super Planche des Belles Filles. Le dernier rescapé de l’échappée a cru en ses chances de victoire avant d’être rattrapé sur le fil par l’inépuisable Tadej Pogacar.

Grosse bataille pour prendre l’échappée

L’échappée intéresse de nombreux candidats. Pierre Latour, Peter Sagan puis Alexis Vuillermoz se montrent volontaire en tentant à plusieurs reprises d’initier le bon mouvement, en vain. L’échappée de 11 coureurs se constitue sans TotalEnergies à l’avant.

« En début d’étape, j’ai essayé d’aller dans pas mal d’échappées » nous indique Pierre Latour « Ça a bataillé pendant un long moment et Peter m’a bien lancé. Après, je ne pouvais plus y aller donc Alexis a essayé à son tour. Finalement, un groupe est sorti sans nous. »

Scénario cruel sur la Super Planche des Belles Filles

Les 7km d’ascension à 8,7% de moyenne font de la Super Planches des Belles Filles une montée déjà mythique. En prime, un passage à 24% sur un chemin de gravel ! De quoi offrir aux spectateurs un grand spectacle.

Lennard Kämna se montre le plus solide de l’échappée. L’Allemand croit en ses chances de victoire ! Mais l’écart avec les meilleurs grimpeurs fond et la partie non bitumée lui est fatale. A 200 mètres de l’arrivée, Vingegaard place une accélération qui semble pouvoir lui offrir la victoire. Le Danois dépasse Kämna à 100 mètres du but, mais Pogacar, qui n’a pas abdiqué, réplique par un dernier coup de force et arrache la victoire dans les 20 derniers mètres. Un scénario incroyable.

Pierre Latour, 35e à l’arrivée s’est exprimé après l’étape :

« C’est la première fois que je faisais la Super Planche des Belles Filles. Elle est plus compliquée que celle que j’avais déjà grimpée. Edvald et Mathieu ont essayé de me placer au pied. J’ai laissé trop de forces au début de l’étape pour faire mieux. »